aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés

Avis 2015/29

Louvain poste d'aiguillage

Avis n° 2015/29 du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CSNPH) sur les adaptations en gare de Louvain, émis pendant la réunion plénière du 21/10/2015.

 

Demandeur

Avis rendu à la demande de la SNCB lors de la réunion du groupe de travail ‘SNCB’ du 03/09/2015.

 

Objet

Lors de la rénovation du bâtiment de la gare, classé, il a été décidé en concertation avec le CSNPH d’aménager un itinéraire sans obstacle jusqu’à la salle des guichets du bâtiment, en passant par le quai 1. Cet itinéraire sans obstacles débute sur la ‘Martelarenplein’ (où des aménagements sont déjà présents pour les aveugles et malvoyants présents et venant du centre-ville), entre le bâtiment de la gare, protégé, et le poste d’aiguillage jusqu’au quai 1. Cette ligne de guidage est considérée comme l’axe principal permettant aux personnes aveugles et malvoyantes de rejoindre la salle des guichets de la gare.

Le poste d’aiguillage situé à droite du bâtiment de la gare fait actuellement l’objet de transformations. Lors de ces travaux, les installations sanitaires nécessaires aux voyageurs sont installées au rez-de-chaussée du poste d’aiguillage et un escalier est construit, qui fera le lien entre le pont pour piétons déjà présent au-dessus des voies et la ‘Martelarenplein’. En plus des sanitaires pour hommes et femmes, une toilette de nuit / pour les personnes à mobilité réduite (PMR), hommes et femmes, sont installée.

Il est prévu les ramifications suivantes, à partir de l’axe principal de la ligne de guidage:

  • Ligne de guidage vers le côté inférieur de l’escalier métallique du pont pour piétons. Les dalles podotactiles nécessaires sont prévues au niveau de l’escalier, à 60 cm du côté inférieur de l’escalier;
  • Ligne de guidage vers la porte d’entrée des sanitaires ‘hommes / femmes’. Une dalle en caoutchouc (dalle d’information) est placée à 60 cm de la porte fermée;
  • Ligne de guidage vers les toilettes de nuit / les sanitaires pour les PMR. Cette ligne de guidage s’achève contre la façade du poste d’aiguillage, entre la porte d’entrée de la toilette de nuit destinée aux hommes, d’une part, et la porte d’entrée de la toilette de nuit destinée aux dames, d’autre part. Les portes d’entrée des sanitaires pour PMR / de la toilette de nuit sont normalement fermées et pourront (sans doute) être actionnées / ouvertes avec la carte MOBIB ou par l’intermédiaire du parlophone;
  • Ligne de guidage vers l’escalier fixe menant au passage souterrain;
  • Ligne de guidage vers la borne d’assistance du quai 1.

Il a été demandé au concepteur d’installer sous le limon de l’escalier métallique menant au pont pour piétons une barrière facilement détectable, pour éviter que les voyageurs ne viennent heurter le côté inférieur de l’escalier. Hauteur libre au niveau du marquage / de la barrière: 2,3 mètres.

La SNCB demande ce qui suit:

1) Les ramifications susmentionnées vers les deux installations sanitaires sont-elles toutes deux nécessaires? Peut-on se contenter de ne prévoir qu’une ramification vers la toilette de nuit / les sanitaires pour les PMR, et non pas vers les sanitaires destinés aux voyageurs? Tout cela dans l’hypothèse où les aveugles et malvoyants suivent la ligne de guidage menant à la toilette de nuit jusqu’à la façade du poste d’aiguillage et suivent ensuite cette façade en direction des sanitaires destinés aux voyageurs. Le cas échéant, une dalle en caoutchouc de 60 x 60 cm peut être placée à hauteur de la porte d’entrée des sanitaires généraux, à 60 cm de la porte d’entrée fermée, pour avertir de la présence d’un autre accès aux sanitaires. Ou suffit-il de ne prévoir que la ramification vers les sanitaires des voyageurs et de placer une dalle en caoutchouc à hauteur des portes d’entrée des deux toilettes de nuit? Quelle ramification a la préséance ?

2) L’axe principal est, à un certain moment, interrompu par une évacuation linéaire des eaux existante. Dans l’état actuel des choses, cette interruption s’étend sur quelque 60 cm. Faut-il adapter cela (autrement dit, privilégier la ligne de guidage et interrompre l’évacuation linéaire) ou, au contraire, une interruption de 60 cm dans un croisement perpendiculaire est-elle acceptable ?

 

Examen

1) En ce qui concerne les lignes de guidage, la règle générale est que la simplicité prévaut. Il suffit que les lignes de guidage mènent à un seul sanitaire accessible. Il est essentiel que cette toilette soit toujours réellement accessible. Bien entendu, ce sanitaire doit également être bien indiqué.

Le CSNPH n’est pas partisan de l’idée d’une porte fermée de la toilette de nuit / des sanitaires pour PMR qui pourrait être ouverte automatiquement à l’aide d’un parlophone. Tôt ou tard, les portes automatiques tombent en panne, mais elles ne sont pas toujours réparées par après. Il faut également éviter qu’une PMR ne s’enferme accidentellement dans les toilettes.

Problèmes éventuels liés au parlophone:

  • trop haut et donc inaccessible pour les personnes en voiturette;
  • difficile à trouver pour les personnes aveugles et malvoyantes;
  • difficile à utiliser;
  • l’opérateur attend une réponse orale du demandeur, ce qui est un problème pour certaines PMB;
  • le poste est (provisoirement) sans personnel;
  • en panne pour une période significative ;
  • du bruit sur la ligne ;
  • le sourd ou malentendant n’entend pas le buzzer.

L’alternative proposée, à savoir la carte MOBIB pour ouvrir la porte des sanitaires pour PMR n’est pas intéressante pour tous. Toutes les PMR ne disposent pas d’une telle carte. Songez seulement aux personnes qui ne prennent que rarement le train, aux étrangers, …

Par ailleurs, les personnes avec un handicap visuel utilisent en général les toilettes classiques si elles ne sont pas accompagnées de leur chien d’assistance.

2) En ce qui concerne l’interruption de la ligne de guidage par l’évacuation des eaux, il convient d’évaluer la situation au cas par cas. S’il n’existe aucune dénivellation, la dalle podotactile au niveau du caniveau n’est pas nécessaire, étant donné qu’il n’y a pas de danger direct. Une dalle striée est suffisante.

Dans ses recommandations pour des cheminements confortables et libres d’obstacles, Revalor dit ce qui suit à propos des évacuations d’eau croisant une ligne de guidage:

La taille des mailles des grilles doit être plus petite ou égale à 10 mm (impossibilité d’introduire l’extrémité d’une canne d’un handicapé visuel ou par exemple des talons aiguilles dans les grilles et les rainures). Les rainures sont implantées perpendiculairement à la direction d’avancement.

3) Le CSNPH constate également que le colimaçon à vélo – qui relie le pont pour vélos et la ‘Martelarenplein’ – donne sur un passage à faible circulation consistant en une bande pour les piétons et une bande de circulation pour bus et taxis et que par conséquent, il existe un risque de collision avec les cyclistes qui dévalent le colimaçon en trombe. Le CSNPH conseille de trouver, en concertation avec la ville de Louvain, une solution sûre pour tous les utilisateurs, en particulier pour les PMR, qui constituent un groupe fragilisé.

 

Avis

Le CSNPH souhaite que la gare et les toilettes soient accessibles à tous les types de handicap, au moins depuis l’arrivée du premier train en gare jusqu’au départ du dernier.

En ce qui concerne les lignes de guidage, le CSNPH applique le principe de la simplicité. Les ramifications inutiles rendent toute orientation difficile et doivent être évitées. Une ramification vers un sanitaire qui est accessible à tous – de préférence 24/7 – est suffisante. Les lignes de guidage naturelles peuvent, dans la mesure du possible, être utilisées.

Pour élaborer une solution technique conforme à Revalor, le CSNPH demande à la SNCB de consulter les structures techniques en matière d’accessibilité (CAWaB, Enter), en vue d’une analyse technique détaillée.

Concernant l’évacuation linéaire des eaux, nous renvoyons aux recommandations susmentionnées dans Revalor.

Bien entendu, Revalor doit aussi être appliqué pour le reste des travaux.

 

Avis transmis

  • Pour suivi à la SNCB;
  • Pour information à madame Jacqueline Galant, Ministre de la Mobilité;
  • Pour information à madame Elke Sleurs, Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées;
  • Pour information au Centre interfédéral pour l’égalité des chances;
  • Pour information au Mécanisme de coordination interfédéral.
 .
 .