aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés

Avis 2015/16

Travaux en gare de Bruxelles-Schuman

Avis n° 2015/16 relatif aux travaux en gare de Bruxelles-Schuman. Avis du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CSNPH) du 15 juin 2015, demandé par la SNCB lors de la réunion du groupe de travail du 04/06/2015

 

Demandeur

Avis rendu à la demande de la SNCB

 

Objet

Lors de la réunion de concertation du 17/06/2011, Infrabel a demandé un avis (avis 2011/16) sur les travaux en gare de Bruxelles-Schuman.

Entre-temps, les travaux ont bien avancé. L’objectif est que fin 2015, la gare puisse être prise entièrement en service. Il a, par ailleurs, déjà été demandé l’avis de Belgorail pour les travaux.

Suite à l’avis de Belgorail, il a été décidé de placer une barrière sur le quai central exigu, du côté de la voie B-L161A (quai 2). La barrière s’étend sur une longueur de 40 mètres, parallèlement au bord du quai et à une distance de 50 cm par rapport à ce dernier. Si deux trains de voyageurs s’arrêtent simultanément aux quais 2 et 3, on serait en effet confronté à un problème de sécurité dans la zone étroite du quai : les voyageurs risqueraient de se heurter en descendant du train.

Revalor prescrit des dalles podotactiles de 60 cm de large, à 40 cm du bord du quai. Pour ce quai, ce n’est pas possible. Le bout du quai est en effet trop étroit et ne permet pas de respecter les mesures prescrites dans Revalor. Le bureau d’études TUC Rail a, lors d’une réunion (6/11/2014), demandé à la SNCB s’il était possible de déroger au prescrit de Revalor en ce qui concerne la pose de dalles podotactiles sur les quais.

Dans une situation comparable, le CSNPH a accepté exceptionnellement une solution de compromis. Les dalles podotactiles pouvaient présenter une largeur de 40 cm au lieu de 60, et être disposées à 30 cm du bord du quai, au lieu de 40. Tel était notamment le cas pour le dossier de la gare d’Ostende (avis 2012-07).

Lors de l’exécution, des dalles de seulement 34,5 cm de large ont été posées. (La distance de 40 cm par rapport au bord du quai est, par contre, respectée.)

La SNCB déplore l’utilisation de dalles podotactiles plus étroites, mais précise que ces dimensions restent conformes aux exigences de sécurité relatives à la STI PH (spécification technique d'interopérabilité concernant la spécification technique d’interopérabilité relative aux personnes à mobilité réduite). Les travaux étant aussi bien avancés, il est difficile de recasser les dalles, surtout s’il s’agit de respecter la date de mise en service prévue (fin 2015). La SNCB demande donc un avis complémentaire au CSNPH.

 

Examen

La CSNPH s’inquiète surtout de la sécurité des voyageurs handicapés.

Les dalles podotactiles de 34,5 cm sont nettement plus petites que les dalles standard de 60 cm, et même que celles de 40 cm autorisées, exceptionnellement, pour les quais centraux exigus. Les personnes souffrant d’un handicap visuel et munies ou non d’une canne blanche remarqueront moins rapidement la dalle podotactile plus étroite. Les formats plus petits contreviennent par ailleurs au principe d’uniformité.

Une solution partielle pourrait consister à placer la barrière prévue pour qu’elle fasse office de ligne de guidage naturelle pour les personnes présentant un handicap visuel.

Le CSNPH demande qu’on accorde à la barrière placée l’intérêt qu’il convient. Cette barrière doit être assez robuste et assez haute pour garantir la sécurité de tous les voyageurs. La partie supérieure de la barrière doit en outre être fermée pour éviter tout risque aux personnes présentant un handicap visuel sévère.

Tout cela ne change rien au fait que les dalles sont trop étroites.

 

Avis

Le CSNPH émet un avis négatif dans ce dossier. Revalor doit être respecté. L’extrémité du quai n’est pas sûre et la largeur des dalles podotactiles est encore inférieure aux 40 cm exceptionnellement autorisés.

Le CSNPH demande à la SNCB de consulter les structures techniques en matière d’accessibilité (CAWaB, Enter), pour une analyse technique détaillée devant servir à l’élaboration d’une solution technique conforme à Revalor.

Revalor doit bien sûr aussi être respecté en ce qui concerne les autres travaux.

 

Avis transmis

  • Pour suivi à la SNCB
  • Pour information à madame Jacqueline Galant, Ministre de la Mobilité, chargée de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges
  • Pour suivi à Madame Elke Sleurs, Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées;
  • Pour information au Centre interfédéral pour l’égalité des chances
  • Pour information au mécanisme de coordination interfédéral.
 .
 .