aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés

Avis 2009/22

Films d'animation pour personnes handicapées

Avis du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CNSPH) émis pendant la séance plénière du 15 juin  2009.

 

Demandeur

Avis sur demande de SNCB Holding.

 

Objet

Le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées a émis lors de sa réunion du 15 juin 2009 à l'unanimité l'avis suivant au sujet des films d'animation destinés aux personnes handicapées.

 

Examen

Le Conseil comprend que le but du film est de diffuser certaines informations d'une manière simple. Bien que l'intention soit louable, certaines critiques doivent cependant être formulées au sujet de sa mise en oeuvre.

Les informations nécessaires ne sont pas visibles assez longtemps: le numéro de téléphone et le site devraient être affichés pendant toute la durée du film. Il n'est en effet pas simple de s'y retrouver dans le site de la SNCB.
Les informations doivent être compréhensibles pour tous, mais la manière dont elles sont rendues est jugée trop simpliste. Surtout les dernières images (petit chien qui salue) sont considérées comme étant exagérées.

 

Avis

Le Conseil fait remarquer qu'il existe des pictogrammes pour toutes les limitations, de sorte que tous les pictogrammes devraient être montrés: les voyageurs ne sont pas uniquement des personnes aveugles et en chaise roulante.
L'information essentielle quant au fait qu'il faut prévenir à l'avance pour obtenir un service donne une image erronée. En effet, la personne handicapée doit prévenir minimum 24 heures à l'avance, ce qui ne ressort pas des images. Le risque existe que l'on pourrait croire qu'un délai plus court est également possible.

Le fait que l'accès à l'infrastructure de la SNCB ne peut être assuré à une personne handicapée si elle n'a pas averti au moins 24 heures à l'avance constitue une discrimination inacceptable pour le Conseil supérieur national. Des membres du Conseil font remarquer que les autres sociétés de transports publics peuvent bel et bien réagir dans un délai beaucoup plus court aux besoins de transport des personnes handicapées, et que du personnel est d'ailleurs toujours présent dans les grandes gares.

Le Conseil supérieur national des personnes handicapées insiste dès lors pour que la SNCB fasse le nécessaire pour mettre fin à ce traitement inéquitable.

 

Avis transmis

  • A monsieur Sabin S'heeren, Directeur général Voyageurs National.
  • A madame Julie Fernandez-Fernandez, Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées.
 .
 .