aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés

Avis 2014/09

Accessibilité de la gare de Bruxelles-Midi

Avis n° 2014/09 relatif aux travaux destinés à améliorer l’accessibilité de la gare de Bruxelles-Midi. Avis rendu par le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CSNPH) en sa séance du 17/03/2014

 

Demandeur

Avis rendu à la demande du groupe de travail composé d’Accetics, de Sensotec et de la Ligue Braille, pour le compte de la SNCB

 

Objet

Ces dernières années, à la gare de Namur, un projet-pilote a été mis en œuvre afin d’améliorer l’accessibilité de la gare pour les personnes atteintes d’un handicap visuel. Suite aux réactions majoritairement positives du public test (personnes déficientes visuelles) au plan d’action multisensoriel de Namur, des plans ont vu le jour, visant à lancer un projet comparable à Bruxelles-Midi et dans d’autres gares en collaboration avec la société Sensotec et la Ligue Braille. Lors de contacts avec SNCB Holding, cette société a demandé de formuler une analyse descriptive avec des principes généraux pour les nouveaux contrats de gestion sur base des expériences à Namur.

Avant que les travaux ne démarrent,  les intéressés ont souhaité l’avis du CSNPH.

 

Examen

Bruxelles-Midi est une gare très importante de par le nombre de personnes qui y transitent, en ce compris les personnes atteintes d’un handicap (visuel). Pour la conception des aménagements, on s’est inspiré de l’expérience acquise par la SNCF (France) et des expériences propres acquises à la gare de Namur.

A la gare de Namur, le travail s’est articulé autour de 3 axes :

  • orientation
  • points d’intérêt (guichet, borne d’information, balises, etc.)
  • informations destinées à l’usager atteint d’un handicap visuel

A Namur, la SNCB Holding (District Sud) a pris 3 grandes mesures :

  • plan de gare multisensoriel
  • balises vocales pour une orientation précise
  • informations vocales relatives au voyage proprement dit : heure, quai.

Les nouveaux dispositifs viennent compléter les équipements d’accessibilité existants, et ne remplacent pas ces derniers.

D’après les échos obtenus, les personnes déficientes visuelles se sont montrées enthousiastes à propos des balises vocales, mais un peu moins à propos de l’approche multisensorielle. La mesure 3 n’a pas encore été mise en œuvre à Namur et doit donc encore être évaluée. Les évaluations du projet-pilote ont permis de tirer des enseignements, aussi pour Bruxelles-Midi et d’autres projets.

La structure de la gare de Namur est simple: rectangulaire et comportant deux entrées. Par contre, la gare de Bruxelles-Midi est une grande structure complexe dont l’accessibilité de certaines vieilles structures laisse à désirer.

Donc, à Bruxelles-Midi, l’architecte souhaite adopter une approche comparable, mais non sans avoir pris au préalable connaissance de l’avis du CSNPH.

Le but est qu’à l’avenir, on procède de la même manière pour d’autres gares majeures. A partir du moment où ces systèmes sont installés dans plusieurs gares, on assistera graduellement à la naissance d’un réseau de gares accessibles.

 

Avis

Le CSNPH est en principe favorable à cette approche.

Le CSNPH demande cependant que, dans le cadre de ces travaux, les autres formes de handicap ne soient pas négligées.

En outre, l’environnement qui doit être accessible est plus vaste que la gare elle-même. Il est indispensable de mener une concertation avec les autorités locales et les autres sociétés de transport.

Il faut cependant veiller à ce que les nouveaux équipements complètent l’offre existante de dispositifs d’accessibilité, et ne les remplacent pas.

Il convient évidemment de respecter Revalor. Des pistes intéressantes et de bons exemples tirés de la pratique doivent être ajoutés à Revalor.

Les améliorations peuvent être reprises dans les nouveaux contrats de gestion.

Le CSNPH renvoie également à la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, qui a été ratifiée par la Belgique. La Convention demande que les personnes en situation de handicap soient associées aux décisions qui les concernent, du stade conceptuel à celui de la mise en service.

Le CSNPH demande expressément que la SNCB consulte les organes techniques en matière d’accessibilité (CAWaB, Enter) pour une analyse technique.

 

Avis transmis

  • Pour suite utile à Messieurs Michel Grawez ( Accetics), Luc Desmet (Sensotec) et Ronald Vrydag (Ligue Braille);
  • Pour suite utile à la SNCB;
  • Pour information à Monsieur Jean-Pascal Labille, Ministre des Entreprises Publiques;
  • Pour information à Monsieur Melchior Wathelet, Secrétaire d’Etat à la Mobilité;
  • Pour information à Monsieur Philippe Courard, Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées;
  • Pour information au Centre interfédéral pour l’égalité des chances;
  • Pour information au Mécanisme de coordination interfédéral.
 .
 .