aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées

03/12/2020 - Journée Internationale des Personnes Handicapées

Nous ne sommes pas notre handicap. Nous sommes des citoyens à part entière.


La crise sanitaire liée à la COVID-19 a eu un effet loupe
sur un grand nombre de dysfonctionnements de nos systèmes de sécurité sociale et de protection sociale. Dès les premiers jours du confinement - mais aussi lors des étapes de déconfinement -, les personnes en situation de handicap et leurs familles ont été privées d’accompagnement pour accéder aux biens et services collectifs (avis 2020-07, 2020-08, 2020-09), livrées à elles-mêmes et démesurément privées de liberté et de vie sociale (voir avis 2020-13).

La perspective d’un vaccin pour tous permet de regarder vers l’avenir. En même temps, le monde politique doit aussi tirer les leçons des bouleversements dans nos vies. Osons identifier les vrais défis, parmi lesquels :

  1. la place des personnes handicapées dans notre société: les personnes en situation de handicap et leurs familles demandent à être traités comme des citoyens à part entière ; les mesures politiques doivent répondre à leurs besoins. Par ailleurs, de nombreuses personnes en situation de handicap sont privées de leur droit de vote, ne peuvent choisir leur lieu de vie, subissent des traitements non consentis etc., précisément parce que l’environnement ne s’est pas adapté à leurs besoins.
  2. des données concrètes afin de développer des mesures politiques à la hauteur des besoins: actuellement, il n’existe aucune vue d’ensemble sur la situation des besoins des personnes handicapées ; si Statbel peut nous renseigner sur le taux d’occupation des hôtels durant ces mois d’été ou sur le nombre de poules abattues en novembre, il lui est impossible de préciser le nombre de personnes en situation de handicap avec des besoins de mobilité, de formation, d’accompagnement à domicile, etc. !
  3. la participation des personnes handicapées à la définition des décisions qui les concernent. Le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CSNPH) a martelé l’importance des conseils d’avis de personnes handicapées pour faire remonter les besoins du terrain et insuffler des réponses politiques en adéquation avec les défis quotidiens de vie (avis 2020-10).

Le gouvernement De Croo a lancé des signaux importants en faveur de l’inclusion des personnes handicapées. En effet, après des années d’interpellation du CSNPH, le portefeuille de la politique du handicap a été confié à une Ministre (au lieu d’un Secrétaire d’État). De même, dans les programmes politiques, le CSNPH a identifié des engagements en faveur d’une vie plus digne ( avis 2020-22 et 2020-23) et d’une inclusion sociale améliorée (avis 2020-21).

Mais « c’est au pied du mur, que l’on voit le maçon ».

Les enjeux de l’après COVID sont énormes et impacteront tous les citoyens : Green Deal, Plan de relance, attribution des fonds structurels européens … Plus que jamais, il est essentiel que les besoins des personnes handicapées soient rencontrés dans les domaines de la formation, de l’emploi, de l’accessibilité, de la participation sociale, etc. C’est le sens et la portée de la ratification par la Belgique de la Convention sur les droits de personnes handicapées il y a 10 ans.

En ce 3 décembre 2020, Journée internationale des Personnes Handicapées, le CSNPH rappelle l’obligation de la Belgique de respecter ses engagements. Ni plus, ni moins.