aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées

Certains trains désormais inaccessibles aux personnes en situation de handicap

La SNCB a décidé de prolonger le projet pilote du Côte-Express pendant tout l’été.

Le CSNPH a adressé le 27 mai dernier un courrier à M. Georges Gilkinet, Ministre de la Mobilité, à Mme Karine Lalieux, Ministre des Pensions et de l'Intégration sociale, chargée des Personnes handicapées, de la Lutte contre la pauvreté et de Beliris et à Mme Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB. La réponse de Ministre Gilkinet du 04/06/2021 n’a pas enlevé nos inquiétudes.

Le CSNPH a exprimé d’importantes remarques et recommandations dans la perspective d’assurer aux personnes en situation de handicap (PSH) l’accès à ce nouveau service dans sa News du 31/05/2021.

Il s’avère à présent que ni le site de réservation, ni l’application sur smartphone ne sont accessibles aux personnes en situation de handicap (PSH) et que l’assistance ne peut être réservée aisément dans le cadre de ce nouveau service. En fait, la nouvelle application – aussi celle de le la réservation d’assistance - est moins accessible que l’ancienne. Apparemment, la SNCB n’a pas tenu compte des remarques du secteur du handicap. Comme il faut réserver le Côte-Express par voie digitale, ces trains sont définitivement hors portée de beaucoup de PSH.

Le CSNPH considère qu’il s’agit là d’une grave atteinte à l’égalité entre citoyens.  

Entre les discours inclusifs des politiques et la réalité de terrain, le gouffre ne cesse d’augmenter. Des réglementations voient le jour - article 22 ter de la Constitution, résolution Rail, directive web, loi non-discrimination - mais ne sont pas appliquées. Les contrôles font défaut et les moyens financiers nécessaires ne sont pas dégagés. Il n’existe par ailleurs généralement aucune sanction.

Le COVID-19 a résolument et irrévocablement accéléré la digitalisation. Le minimum que l’on puisse attendre, c’est que les nouveaux services digitaux soient totalement accessibles à l’ensemble de la population. Par ailleurs, pour de nombreuses personnes, la digitalisation est un tournant tout simplement infranchissable. Sans alternative, ces personnes deviendront des consommateurs de seconde catégorie sans accès à certains biens et services. Il relève de la responsabilité de l’Etat de redresser ces situations de discrimination.

Le CSNPH demande, conformément à la loi, de prévoir, dès le lancement de nouveaux biens et services, l’accès à tous !

 .