aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées

28/10/2020 - Covid-19: Une Charte Ethique dans les hôpitaux 

Les personnes handicapées qui ne présentent pas de facteur de comorbidité doivent être traitées sur un pied d’égalité avec les autres patients 


Lu dans la presse : 28/10/2020 - Deuxième vague: les directives éthiques des hôpitaux universitaires restent inchangées (Source: RTL)

Le CSNPH est d’avis que cette charte est une nécessité (alléger la charge émotionnelle du corps médical est essentiel), mais en même temps cette charte reste vague sur les conséquences du handicap (voir avis 2020-08).

  • la Charte contient des termes ambigus : "Disproportionate care is defined as the use of such advanced life-sustaining measures in patients with poor long-term expectations secondary to more chronic organ dysfunctions, comorbidities and/or a poor quality of life."
    Le CSNPH se demande si le risque n’est pas que les médecins intègrent la dimension du handicap dans leur appréciation ?
  • La réponse de la Ministre De Block n’était pas rassurante puisque qu’elle considérait que le handicap n’était pas le seul critère d’appréciation.

  • Le CSNPH demande depuis toujours que la volonté du patient soit par ailleurs prise en compte. Le CSNPH n’a pas reçu la confirmation que les choses se passent bien comme tel.


Les considérations émises le 10.04.2020 gardent donc toute leur pertinence  :

La situation reste donc très floue et le CSNPH continue de nourrir de fortes inquiétudes sur l’existence d’un tri aux urgences mais aussi d’un « tri en amont » : toutes les personnes handicapées résidant en institution, atteintes de la maladie et dont l’état nécessite des soins hospitaliers, sont-elles bien dirigées vers les hôpitaux ?

Le CSNPH insiste lourdement pour que les lignes directrices éthiques élaborées à l’intention des médecins - des milieux hospitaliers ou non - soient affinées et clarifiées afin de garantir l’égalité d’accès aux soins de santé. Une intégration des chartes éthiques serait hautement souhaitable du point de vue du patient qui a droit à une égalité de traitement.

 .