aller au contenu
Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés

Allocation d'intégration (AI)

Un certain nombre de personnes handicapées âgées de 21 à 65 ans doivent faire face à des surcoûts importants dans leur vie quotidienne du fait de leur handicap. Si elles sont dans les critères d'attribution, elles peuvent obtenir une allocation d'intégration (AI)

Vous trouverez les modalités d'attribution de l'allocation d'intégration dans la brochure Mesures pour les personnes handicapées, disponible au format pdf sur le site du SPF Sécurité sociale, via le lien suivant :

 

Que demande le CSNPH par rapport à l'allocation d'intégration?

En matière d'allocation d'intégration, les attentes du CSNPH sont au nombre de trois :

1) L'allocation d'intégration n'a rien à voir avec les revenus!

Actuellement, lors du calcul de l'allocation d'intégration, il est tenu compte du niveau de revenu du (de la) bénéficiaire et de son(sa) conjoint(e). Cela revient à dire que la personne handicapée est obligée de financer elle-même son handicap. Le CSNPH demande que lors du calcul de l'allocation d'intégration, il ne soit plus tenu compte des revenus de la personne : il s'agit d'une question d'équité et d'égalité des chances

2) L'allocation d'intégration ne peut être diminuée en cas de séjour en institution

Actuellement, une personne handicapée qui est amenée à faire un séjour dans une institution aux frais des pouvoirs publics ou d'un organisme de sécurité sociale voit son allocation d'intégration amputée de 28%. Le CSNPH souhaite que cette mesure soit supprimée : dans la réalité, avant et après son séjour en institution, la personne doit généralement faire face à des coûts accrus en lien avec les événements qui justifient son séjour en institution

3) Allocation d'intégration et aide sociale du CPAS

Ni l'allocation d'intégration, ni l'allocation d'aide aux personnes âgées ne sont des revenus ; elles ne peuvent en aucun cas être prises en compte pour la détermination de l'aide sociale (CPAS).

 .